• English
  • Español
  • Français
  • Русский

Manuel de formation avec la contribution de l´IGRAC utilisé pour des cours régionaux au Burkina Faso

Manuel de formation avec la contribution de l´IGRAC utilisé pour des cours régionaux au Burkina Faso

Regional Course on Groundwater Management within IWRM in River Basin Context - August 24-28, 2015 in Ouagadougou, Burkina Faso

Dans un effort conjoint avec AGW-Net, BGR, le PNUD-Cap-Net, IWMI, et l'ancienne équipe GW-MATE (Banque mondiale), l´IGRAC a élaboré un cours sur « l’intégration de la gestion des eaux souterraines dans les Organismes de Bassins Transfrontaliers en Afrique ». Ce manuel de formation était la base du « Cours régional sur la gestion des eaux souterraines au sein de la GIRE dans le contexte du bassin du fleuve » qui a eu lieu 24-28 Août 2015 à Ouagadougou, Burkina Faso. Ci-dessous un bref rapport sur le parcours (source: site Cap-Net).

Gestion des eaux souterraines au sein de la GIRE dans le contexte du bassin du fleuve

Les eaux souterraines constituent la principale source d'eau disponible dans de nombreux pays africains ; elles ont contribué à améliorer l'accès à l'eau pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Leur gestion dans le contexte d'un bassin fluvial nécessite des connaissances et une approche spécifique dans la gestion des deux ressources (surface et eaux souterraines) dans la GIRE.

Ce cours de formation sur la gestion des eaux souterraines a eu lieu en Août 24-28 2015. Il résulte de la collaboration entre l'Association régionale des utilisateurs aux ressources naturelles dans la rivière du bassin du Niger (CRU-BN) et du Réseau l'Afrique des eaux souterraines (AGW-Net), et avec le soutien du Cap-net du PNUD et de l'Association internationale des hydrogéologues (AIH) à travers le Burden Network. Il a été donné en langue française et 184 participants de 6 pays d'Afrique de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Niger et Togo) participaient à la réunion dont 11 femmes.

Le cours sur la gestion des ressources en eaux souterraines a formé 18 personnes de différents profils professionnels et pays. Le résultat immédiat de ce cours fut que les participants ont acquis une meilleure connaissance sur les eaux souterraines, et pris conscience de son importance pour le développement économique. Parce que la plupart des participants travaillent dans le secteur de l'agriculture, l'accent a été mis sur l'utilisation des eaux souterraines pour l'irrigation et la façon dont elle peut être polluée. Les participants ont été sensibilisés à l'impact de l'utilisation des terres sur la qualité des eaux souterraines.

Un équilibre entre les sexes a été atteint à cet atelier, et pour la première fois la majorité des participants étaient des femmes. Parmi les 18 personnes qui suivaient le cours, 11 d'entre elles étaient des femmes (issues d’associations communautaires, des membres du personnel académique et d’agences sur l'eau).

Les discussions ont été organisées autour du cas du village Kari visité le mercredi. Des aspects intéressants de la GIRE, en particulier les principes de genre liées à la participation des femmes sur le régime foncier et les pratiques agricoles, sont vécues par les personnes vivant dans cette région. Dans cette région visitée, chaque femme qui se marie reçoit des terres pour développer l'activité de jardinage. Le succès de cette activité a causé plus de retrait des eaux souterraines, de sorte que la ressource se tarit plus tôt vers Mars - Avril et, en conséquence, l'activité est arrêtée après cette période.

La durabilité des eaux souterraines a été soulevée par les participants, et les solutions possibles ont été discutées faisant référence à la recharge des aquifères en utilisant le ruissellement de l'eau de la pluie, l'utilisation optimale de l'eau d'irrigation, et les modifications des techniques d'irrigation.

En outre, certaines questions comme l'identification et quantification de la zone de recharge, relations de terre et surface des eaux souterraines, et le rôle des parties prenantes dans la gestion des eaux souterraines ont attiré l'attention des participants.